Questo sito usa cookie per fornirti un'esperienza migliore. Proseguendo la navigazione accetti l'utilizzo dei cookie da parte nostra OK

Retour de l’étranger en Italie (en particulier Union Européenne/SEE)

Jour:

24/03/2020


Retour de l’étranger en Italie (en particulier Union Européenne/SEE)

Les alternatives qui se présentent à nos citoyens pour rentrer en Italie sont au nombre de cinq bien que les voyages non indispensables soient fortement déconseillés.

A ce stade, les personnes qui ne sont pas inscrites à l’AIRE, sauf en cas de rares exceptions, n’ont d’autre alternative que de rester là où elles se trouvent jusqu’à ce que l’état d’urgence soit levé ou encore de rentrer en Italie en se soumettant cependant à un auto isolement à domicile obligatoire d’une durée de deux semaines.

Si votre vol est annulé, veillez dans un premier temps à insister auprès de la compagnie aérienne afin qu’elle trouve une solution, en vous rendant personnellement à l’aéroport si nécessaire et en envisageant l’hypothèse de prendre un vol avec escale depuis des aéroports opérationnels vers l’Italie.

Le cas échéant, nous vous rappelons que d’éventuels dispositifs de protection hygiéniques et sanitaires, comme le port de gants et de masques, pourront être imposés par les compagnies aériennes pour pouvoir embarquer.

Si vous optez pour une recherche de vols opérationnels, nous conseillons de prendre contact avec les tour opérateurs, les agences de voyage ou encore de surfer directement sur les sites des compagnies aériennes.

Il est éventuellement possible de prendre un train, en passant par les pays qui n’ont pas encore fermé les frontières avec l’Italie, comme par exemple la France. Les concitoyens peuvent, enfin, louer une voiture, prendre un autocar ou encore, au départ d’une localité insulaire ou péninsulaire, le bateau. 

Assurez-vous sur le site mae.viaggiaresicuri que certaines frontières ne soient pas fermées aux voyageurs, en particulier pour les citoyens provenant des Pays actuellement à risque (parmi lesquels Chine, Italien Espagne, Iran, etc) et vérifier la suppression de services de transports spécifiques.

Dans tous les cas, nous rappelons qu’il est interdit de se déplacer librement sur tout le territoire national italien.

Le Ministère de l’Intérieur impose que, pour tout déplacement, les personnes soient munies du modèle d’autocertification (déclaration sur l’honneur) dûment rempli.

Le DPCM du 22 mars 2020 dispose que, sur l’ensemble du territoire national, il est strictement interdit à toute personne physique de se transférer ou de se déplacer, avec les moyens de transport public ou privé, dans une commune différente de celle où elle se trouve, excepté pour les déplacements répondant à des impératifs indispensables dûment vérifiés tels que les déplacements (1) professionnels, (2) ceux répondant à des situations d’urgence ou encore (3) pour des raisons de santé.

Ces dispositions sont d’application jusqu’au 3 avril 2020, sauf prolongation du délai. Celles-ci viennent s’ajouter aux dispositions déjà prévues par le DPCM du 11 mars 2020 ainsi que par l’Arrêté du Ministère de la Santé du 20 mars 2020 dont la mise en application est prolongée jusqu’au 3 avril.

Les personnes rentrant en Italie sur décision de l’Autorité sont soumises à un isolement ou quarantaine de deux semaines, à résidence ou dans une zone protégée. Des contrôles rigoureux et de sévères sanctions sont prévus, tels que des amendes pouvant aller de 400 à 3000 Euros, à moins que cela ne constitue une infraction pénale.

Toute personne assignée en quarantaine après avoir répondu positivement au test de dépistage au coronavirus ne respectant pas l’interdiction de se déplacer sera sanctionnée d’une à cinq années d’emprisonnement (disposition du Décret de Loi du 24 mars 2020).

Pour de plus amples informations, nous vous invitons à consulter les liens reportés dans la section du site consacré à la crise face au Coronavirus ainsi que le site de l’Ambassade d’Italie à Bruxelles.

 

 

 


488